Miels de Pierre Carli

Connue pour ses vins, la commune de Patrimonio - toute proche de Saint-Florent - tend aussi à le devenir pour un autre beau fleuron d'une AOC qui a conquis à son tour ses lettres de noblesse : celle du miel. Celui qu'y fabrique Pierre Carli fait ainsi honneur à ce label de qualité.
N'hésitant pas à transhumer ses ruches à travers le territoire de l'île (en fonction des saisons) pour doter sa production de saveurs diverses - du miel le plus doux jusqu'au plus corsé - ce jeune passionné élève lui-même les reines de son cheptel. Produisant environ 5 tonnes de miel AOC par an, il ne lui a fallu que quelques années pour se bâtir une solide réputation. Un succès légitime au regard de l'exigence dont fait preuve Pierre Carli, pour restituer dans son miel toute la spécificité, la diversité et la complexité de cette terre de Corse. Ce qui lui a également valu d'élogieux commentaires de la part de grands critiques gastronomiques.
Tout au long de l'année, quatre différents types de miels appartenant à la gamme variétale de l’AOC « Miel de Corse – Mele di Corsica » vous sont proposés, à savoir :
  • Maquis de printemps : Issu de floraisons spontanées sur de vastes étendues de maquis, du littoral à la montagne tout au long du printemps. S’y exprime notamment la bruyère blanche associée à du romarin, de la lavande maritime et divers genêts. Il est ambré, au goût délicat de caramel ou de cacao et aux senteurs de réglisse ou « coco ».
  • Miellat du maquis : Aujourd’hui principalement récolté fin août, à la différence des miels de nectar, le miellat est issu de substances sucrées récupérées par les abeilles sur des végétaux très diversifiés tels que les cistes, les pins et les sapins, et plus traditionnellement en Corse dans les forêts de chênes. Ambré foncé à très foncé, son goût malté s’exprime par des arômes de réglisse, de caramel et de fruit mûr qui persistent en bouche. C’est un miel qui fait l’unanimité.
  • Miel de Châtaigneraie : Le châtaigner est un élément essentiel de l’imagerie associée à la Corse ; les vastes étendues recouvertes à perte de vue par des arbres aussi nobles en ont pris le nom en « Castagniccia ». De la mi-juin à la mi-juillet, nous produisons dans les châtaigneraies pluricentenaires, un miel de caractère, ambré clair, long en bouche à l’amertume subtile spécifique à ce miel.
  • Maquis d’automne : Ce miel particulier ou « d’initié », ne laissera personne indifférent ; la floraison de l’arbousier qui peut s’étaler en fonction de l’altitude, de septembre à décembre, marque plus ou moins fortement ce miel et lui donne une amertume plus ou moins prononcée. Les associations avec l’inule visqueuse, la salsepareille et surtout le romarin atténuent cette amertume pour en faire le miel favori des chefs cuisiniers. Clair à ambré, son odeur boisée contribue à en faire un miel à découvrir.
Le site de Pierre Carli

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire